Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZÉS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D’UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L’ARAUCARIA : L’ARBRE EMBLÉMATIQUE D’ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D’ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PÊCHE À PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « ÉQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUÏAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THÉ, UNE CULTURE PARTAGÉE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GÉRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRÉATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D’ANTAN IMPRESSIONS D’AUJOURD’HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVÉ  M. SEVAT MÉMOIRES D’OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSÉE NATIONAL DU THÉ À ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D’ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D’ESSAOUIRA ET D’AILLEURS CONCERT À L’IMA À PARIS
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L’ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MÉDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L’ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D’ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L’AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L’ÉTÉ EST LÀ !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSÉE DU JUDAÏSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PÊCHE
• LA PÂTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L’IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MÉTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPÉRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPÔT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBÈRE OU AMAZIGH
• LE GENÊT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L’ÉGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D’ELÉONORE
• D’ESSAOUIRA À SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DÉSERTES ET VILLAGES DE PÊCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L’ATELIER MONETAIRE D’ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MÉDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L’ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MÉMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L’ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D’ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D’ESSAOUIRA ?
• L’ANE, PAS SI TÊTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VÉGÉTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L’OLIVE À L’HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• CONFITURE D’OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPÈRES POUR LES MARINS
• ANDRÉ MÉNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN ÊTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PÉRIL !
• LA STÉVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GÉREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D’ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSÉE DE LA VILLE ?
• L’ÉPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D’ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFÉ-HÔTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L’HISTOIRE D’UN MOT
• TOURISME VERT À IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L’ÉTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L’HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTÉ DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSÉE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION À LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS – VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLÉE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE À ESSAOUIRA, UNE ACTIVITÉ QUI DISPARAÎT
• LA RÉHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D’ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L’ASPHODÈLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STÈLE DE BIR KOUAT, UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D’ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOÏCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE À LA PASTÈQUE
• ITINÉRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TÊTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D’AGNEAU...
• LA STÈLE DE BIR KOUAT : UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DÉSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D’ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VÉGÉTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L’ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M’BAREK
• CÔTES D’AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA À L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 24 - STREET ART

dans les rues d’Essaouira - C215

« C’était comme un nouveau monde, inconnu, inouï, difforme, reptile, fourmillant, fantastique. »
Victor Hugo,
Notre-Dame de Paris, 1831.

L’été de cette année 2009, à la faveur de déambulations dans les rues d’Essaouira, je découvre des graffitis nichés dans les recoins les plus surprenants de la ville. Difficiles à dénicher, certains de taille très réduite, le jeu commence : chercher, pister et traquer les dessins, les saisir sur appareil photographique, se passer les informations entre amis afin d’en trouver encore plus. Certains disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus, recouverts de chaux par le voisinage.

Du « Street art » à l’état pur, art éphémère dont la force émerge de cette fugacité. (Le « graff », art illégal et anonyme à l’ origine, prend maintenant des lettres de noblesse et s’expose dans les musées du monde.)
L’auteur de ces œuvres ? C215, étrange signature sortie d’un récit de science fiction, ou nom d’un robot malin ?

Et voilà que C215, l’artiste pochoiriste, prend un nom, au détour d’une ruelle, la rue Abdesmih (qui traverse de l’avenue principale de la médina, l’Istiqlal, à la rue commerçante Mohamed ben Abdallâh. Sur votre droite en remontant de Bab Moulay Youssef à Bab Doukkala). Sur un panneau de bois s’inscrit l’origine et l’auteur de ces dessins. Sur l’affiche reproduite en peinture du dernier festival Gnawa et musiques du monde, le douzième, est apposée une signature, Christian Guèmy, peintre-poète, alias C215, et une date : 30 juin 2009. Peut être a-t-il logé dans cette ruelle dans laquelle de nombreuses œuvres se cachent, ou s’exposent discrètement.

L’œil et la curiosité s’aiguisent, le regard accroche le moindre recoin. La ruelle est sombre et voûtée, au ras du sol sur une plaque métallique, un cireur de chaussures, plus haut encore, sur une autre plaque, l’œil noir d’une femme semi voilée parfois accompagnée par une roue de bicyclette déposée contre le mur ; une autre encore, si petite qu’il est possible de passer devant dix fois sans y faire attention, si discrète que ses coloris se confondent avec l’environnement.

C215 voyage dans la ville et lègue sur son passage des pochoirs contextuels dans les rues. Véritable poète urbain, espiègle ou facétieux, aux clins d’œil critiques ou noirs, à la vision impitoyable de la société, il peint, poche ou « graff » plus précisément, des animaux, des scènes de rue. Il dépose tendrement ses personnages jaillis d’une cour des miracles, des portraits de sans abris, mendiants, réfugiés, d’orphelins, de pirate ou de sorcière. Tous sont expressifs, inquiétants, souvent enfermés dans leurs espaces. Un cadenas n’est jamais loin. C215 leur dessine une place dans la société, dans la ville ou ses faubourgs, leur trouve l’endroit qui les abritera et les fera survivre. Une grosse tête de chat orne une poubelle verte de la ville, plus loin, un visage africain recouvre la porte de l’ancien consulat danois, abandonné et muré. Ici, cynique, dans une maison laissée ouverte à tout vent, un pendu sur un mur. Ailleurs encore, une vue nocturne de ville sur une terrasse. Un pirate aux dents longues règne sur la place Moulay el Hassan et scrute la mer.

Dessins pochés, situés sur des non lieux, des supports dévalués: portes rouillées ou de bois de chantier, murs cassés ou brûlés, panneaux de stop et panneaux sans âge aux indications horaires de bus, poubelles ou murs, petites portes-trappes rouillées de l’O.N.E usées par le temps …Ici le cadenas sur la porte retient le bras d’une sorte de derviche gnawa. Chaque pochoir se pense et se crée en fonction du lieu, découpé sur place et se fond dans son environnement pour une interaction avec ses habitants.

Un itinéraire artistique beau et émouvant, à découvrir les yeux dans les coins, en l’air ou par terre, une autre bonne occasion d’appréhender autrement la ville. Tous n’auront pas disparu, il est encore temps de parcourir les rues et les places de la ville pour rechercher ces derniers survivants d’un autre monde.
Voilà peut être l’opportunité de combiner Art du graff et Histoire, pour les habitants comme pour les voyageurs de passage dans la ville, et de découvrir ou de redécouvrir l’histoire souirie à travers l’architecture.

Histoire, itinéraires et graffitis pochoirs

Partir de la place Moulay El Hassan, toujours belle face à l’océan, un monument à elle seule. Derrière vous la Porte de la marine et sur votre droite, Bab El Menzeh. Le premier dessin sera celui du pirate sur la maison carrée abandonnée aux couleurs ocre, la première sur votre gauche en faisant face aux cafés. Après l’avoir remontée vers la ville, se faufiler dans la rue Mohamed ben Abdallâh ou passer par la petite place Chefchaouen derrière l’horloge et remonter l’avenue qui traverse la médina, vers Bab Doukkala. Sur votre gauche, sur une porte de chantier toute rafistolée, une autre œuvre, occupant tout l’espace de bois.
Par l’une comme par l’autre vous pourrez rejoindre la ruelle voûtée transversale, celle dont il est question (rue Abdesmih) plus haut au sujet des pochoirs de C215.

Le mieux ensuite serait de se laisser perdre dans les rues. Dans le Mellah vous en découvrirez dans les recoins les plus inattendus. Une manière de poser son regard sur ces vieilles maisons traditionnelles, leurs murs usés par l’érosion, les embruns et le temps, dans ce quartier en dehors des visites touristiques. Pour ceux qui préfèreraient rester sur les sentiers battus, voilà l’occasion d’observer les maisons imposantes de l’époque coloniale dans l’avenue de l’Istiqlal et les rues adjacentes. Elles sont peu nombreuses mais reconnaissables, les deux plus remarquables étant celles qui se font face, l’une étant occupée par la Wafa bank. A chacun de lever le nez et de faire ses propres trouvailles.

Dans la ville, les mosquées ne manquent pas, les monuments avec entre autre tous les anciens consulats concentrés au Sud de la médina. Des synagogues non indiquées ou des zaouïas aux couleurs chatoyantes vert, rouge et jaune. Elles se nichent dans de petites impasses ou ruelles peu passantes. La médina en compte à elle seule une douzaine.

L’idée pourrait aussi être de rejoindre les différentes anciennes portes de la cité. Quatre principales, Bab Doukkala au Nord, Bab Marrakech à l’Est, Bab Sebaa au Sud-est, Bab El Menzeh au Sud, mais également celle de la Marine ouverte sur le port ou encore les quelques autres qui ponctue l’avenue qui relie par les souks le Sud de la médina au Nord.
Vous pourriez passer Bab Doukkala et sortir au Nord de la ville. Les anciens cimetières chrétiens ou juifs bordent la mer et se visitent. Sur votre droite en sortant par la porte, et avant de tourner dans rue Massira, commerçante et très animée, une femme peinte en bleue vous attend sur un mur blanc. De même en longeant le rempart extérieur à droite, sur l’arrière du panneau d’arrêt de bus, vous trouverez deux personnages étranges et gais.

En étant attentifs vous ne pourrez manquer ces créations originales de C215 disséminés dans la ville et hors la ville, mais aux abords immédiats. L’histoire de la ville est partout à qui sait observer.