Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZÉS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D’UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L’ARAUCARIA : L’ARBRE EMBLÉMATIQUE D’ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D’ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PÊCHE À PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « ÉQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUÏAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THÉ, UNE CULTURE PARTAGÉE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GÉRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRÉATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D’ANTAN IMPRESSIONS D’AUJOURD’HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVÉ  M. SEVAT MÉMOIRES D’OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSÉE NATIONAL DU THÉ À ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D’ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D’ESSAOUIRA ET D’AILLEURS CONCERT À L’IMA À PARIS
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L’ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MÉDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L’ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D’ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L’AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L’ÉTÉ EST LÀ !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSÉE DU JUDAÏSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PÊCHE
• LA PÂTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L’IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MÉTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPÉRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPÔT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBÈRE OU AMAZIGH
• LE GENÊT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L’ÉGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D’ELÉONORE
• D’ESSAOUIRA À SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DÉSERTES ET VILLAGES DE PÊCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L’ATELIER MONETAIRE D’ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MÉDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L’ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MÉMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L’ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D’ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D’ESSAOUIRA ?
• L’ANE, PAS SI TÊTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VÉGÉTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L’OLIVE À L’HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• CONFITURE D’OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPÈRES POUR LES MARINS
• ANDRÉ MÉNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN ÊTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PÉRIL !
• LA STÉVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GÉREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D’ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSÉE DE LA VILLE ?
• L’ÉPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D’ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFÉ-HÔTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L’HISTOIRE D’UN MOT
• TOURISME VERT À IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L’ÉTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L’HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTÉ DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSÉE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION À LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS – VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLÉE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE À ESSAOUIRA, UNE ACTIVITÉ QUI DISPARAÎT
• LA RÉHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D’ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L’ASPHODÈLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STÈLE DE BIR KOUAT, UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D’ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOÏCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE À LA PASTÈQUE
• ITINÉRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TÊTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D’AGNEAU...
• LA STÈLE DE BIR KOUAT : UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DÉSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D’ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VÉGÉTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L’ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M’BAREK
• CÔTES D’AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA À L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 23 - LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA

Les paysages côtiers de l’Atlantique offrent une diversité de paysages saisissants : longues plages sauvages de sable fin, lagunes, ports de pêche et villes fortifiées établies par les Portugais aux XVe et XVIe siècles (El-Jadida, Safi, Essaouira ou Agadir), petits villages de pêcheurs, ou encore côtes déchirées comme à Essaouira, aux petites îles qui offraient de nombreux repaires aux pirates.

Vers le Nord et le Sud d’Essaouira, les balades et activités peuvent être multiples et pour tous les goûts : randonnées pédestres, surf, observation de la faune et de la flore…
Tout le littoral, jalonné de points de vue sur l’océan, est propice à la découverte des oiseaux et donne à rêver au coucher du soleil. Pour les amateurs de pleine nature, les paysages qui le bordent sont dominés par l’arganier, cet étonnant petit arbre endémique de la région à découvrir, torturé, et à partir duquel est extraite et fabriquée l’huile d’argan. Le long des côtes, et sur l’arrière très proche d’Essaouira, les dunes en perpétuel mouvement et en recherche de stabilité présentent de multiples variétés de plantes et essences, plantées lors de la stabilisation des dunes.
Les îles Purpuraires, dans la baie d’Essaouira, abritent une réserve ornithologique dans laquelle se réfugient les goélands et les derniers faucons d’Eléonore, dont l’espèce est menacée de disparition. On peut y découvrir les ruines d’une prison et une mosquée construites par le sultan Moulay el-Hassan au XIXe siècle.

A une quinzaine de kilomètres d’Essaouira, à vol de goéland, vers le Sud, s’avance dans l’océan le Cap Sim, union de falaises calcaires, de rochers et de sable qui monte à l’assaut de la pointe, la transforme et l’envahit jour après jour : l’environnement est en mouvance continuelle. En tête de la falaise, les entrelacs des barkhanes dissimulent une forêt clairsemée de thuyas : toute une faune s’est réfugiée là, gerbilles, tortues terrestres, caméléons, scorpions… L’endroit est probablement le plus venté du Maroc. La houle qui déferle, puissante et régulière en fait un lieu très prisé des surfeurs. Pour y accéder, deux possibilités s’offre au randonneur. Prendre la direction de Sidi Kaouki, puis peu avant, prendre la route neuve qui mène à Ouassène, lieu d’implantation du champ d’éoliennes. Du village et par temps clair, la vue est majestueuse sur la plage de Sidi Kaouki et bien au-delà, à l’embouchure de l’oued. Un chemin de mulet mène vers le Cap. Il est possible de s’y rendre en 4 X 4, si une bonne maîtrise du véhicule est assurée, pour cause de dunes mouvantes. L’accès peu également se faire au départ de la ville, à pied par la plage, avec beaucoup de temps devant soi.
Les plages se succèdent, aux bordures que l’on imagine sans fin. Elles se déroulent, l’une après l’autre, faisant parfois place aux falaises et aux récifs. La baie d’Essaouira se prolonge avec celle de sidi Omar. Au milieu de nulle part, des petites baraques de pêcheurs sont posées sur le sable. A marée basse, les mobylettes ou bicyclettes s’y rendent par la plage, spectacle surréaliste.
A l’arrière des forêts de mimosas embaument l’air, les tortues s’y promènent sans inquiétude aucune. Plus loin, en suivant la côte, le Cap Sim, la plage de Tagenza et son petit village de pêcheurs, puis celle de Sidi Kaouki, célèbre pour son marabout, qui, comme surgi des eaux, abrite le tombeau d’un sage guérissant les femmes de la stérilité. L’endroit est particulièrement couru par les véliplanchistes, tout comme Moulay Bouzarktoun, à 27 kilomètres au Nord d’Essaouira sur la route côtière de Safi. Une falaise barre le regard quelques kilomètres plus loin, falaise de calcaire jaune, puis à nouveau l’infini de la mer et du sable, parsemé ça et là de sculptures étranges, bois flottés échoués. Parfois, le promeneur croisera une âme solitaire accompagnée d’un âne ou un chameau. D’Essaouira à Agadir, la liste pourrait être sans fin de tous ces endroits à découvrir (Iftane, Tafelney, Imsouane, Tamri …).

La réserve ornithologique d’Imzi (8 km avant d’arriver à Tamri, à l’embouchure de l’oued qui abrite une immense bananeraie), refuge de l’ibis chauve, apparaît au détour d’un virage de la route montagneuse qui descend vers le Sud, gigantesques dunes de sable blanc, à 50 mètres au dessus du niveau de la mer. Soumises aux assauts du vent impitoyable, les dunes se désagrègent et se débarrassent petit à petit du sable coquillier supérieur qui se réduit en poudre. Du voile de particules en suspension qui les entoure, les gens disent que les dunes « fument ».

D’une beauté sauvage à couper le souffle, le site, protégé, dépend de la réserve de Souss Massa, à 50 kilomètres au sud d’Agadir, autre réserve ornithologique. L’ibis chauve est un gros échassier trapu de 70 cm de haut qui possède un plumage entièrement noir et un long bec courbe de couleur rouge. Comme son nom l’indique, sa tête rouge est dégarnie à l’exception de quelques plumes hirsutes à l’arrière du crane.
La réserve de Souss Massa en abrite un des principaux sites de nidification. Les fins d’après midi des ambiances atlantiques, les dunes entrecroisées ici ou les falaises de rochers ailleurs, se conjuguent merveilleusement avec celle, aride, des paysages de l’arrière pays. Le soleil rougeoyant colore les sables et l’océan en d’infinies nuances. La crête des vagues habillées d’une écharpe d’écume fait, quant à elle, danser la mer. Le littoral est encore vierge de béton d’Essaouira au Cap Ghir et quelques kilomètres au-delà. Les plages sont encore désertes une bonne partie de l’année, somptueuses.