Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZÉS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D’UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L’ARAUCARIA : L’ARBRE EMBLÉMATIQUE D’ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D’ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PÊCHE À PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « ÉQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUÏAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THÉ, UNE CULTURE PARTAGÉE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GÉRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRÉATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D’ANTAN IMPRESSIONS D’AUJOURD’HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVÉ  M. SEVAT MÉMOIRES D’OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSÉE NATIONAL DU THÉ À ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D’ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D’ESSAOUIRA ET D’AILLEURS CONCERT À L’IMA À PARIS
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L’ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MÉDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L’ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D’ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L’AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L’ÉTÉ EST LÀ !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSÉE DU JUDAÏSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PÊCHE
• LA PÂTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L’IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MÉTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPÉRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPÔT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBÈRE OU AMAZIGH
• LE GENÊT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L’ÉGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D’ELÉONORE
• D’ESSAOUIRA À SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DÉSERTES ET VILLAGES DE PÊCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L’ATELIER MONETAIRE D’ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MÉDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L’ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MÉMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L’ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D’ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D’ESSAOUIRA ?
• L’ANE, PAS SI TÊTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VÉGÉTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L’OLIVE À L’HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• CONFITURE D’OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPÈRES POUR LES MARINS
• ANDRÉ MÉNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN ÊTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PÉRIL !
• LA STÉVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GÉREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D’ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSÉE DE LA VILLE ?
• L’ÉPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D’ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFÉ-HÔTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L’HISTOIRE D’UN MOT
• TOURISME VERT À IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L’ÉTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L’HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTÉ DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSÉE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION À LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS – VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLÉE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE À ESSAOUIRA, UNE ACTIVITÉ QUI DISPARAÎT
• LA RÉHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D’ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L’ASPHODÈLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STÈLE DE BIR KOUAT, UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D’ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOÏCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE À LA PASTÈQUE
• ITINÉRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TÊTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D’AGNEAU...
• LA STÈLE DE BIR KOUAT : UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DÉSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D’ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VÉGÉTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L’ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M’BAREK
• CÔTES D’AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA À L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 28 - LA VALLÉE DU PARADIS

La région d’Agadir dévoile un autre visage sauvage et secret. A quelques mouettes des plages les plus courues s´ouvrent d´autres horizons : le fief berbère d’Imouzzèr–des–Ida Outanane et les cascades de la Vallée du Paradis.

De son vrai nom « Taghrat Ankrim », cette vallée est un espace vert étroit qui longe l’oued Ankrim au bord de la route du miel. Vous y trouverez une végétation composée de palmiers dattiers, d’oliviers, de bananiers et de figuiers sous lesquels les habitants des douars avoisinants pratiquent des cultures annuelles.

Dans les années 60, le lieu était un point de ralliement de nombreux hippies qui considéraient cet endroit comme privilégié. Le surnom paradisiaque ne viendrait pourtant pas de la génération « flower power » mais d’un couple d’Allemands, malades, venu y séjourner et repartis guéris six mois plus tard, ont parlé autour d’eux de cette « vallée du Paradis ». Une légende était née...

Un petit havre de paix, loin de l’agitation d’Agadir, accessible à partir d’Aourir où il faut prendre la route en direction d’Imouzzèr des Ida-Outananes.

Depuis Aourir la route traverse des petites montagnes puis longe des gorges, passe par les villages d’Alma, de Tamzergoute et Taghzout n’Makhlouf. Arganiers, cactus, lauriers roses tout le long de l’oued. Les roches de la falaise abrupte chatoient de couleurs chaudes. Le long de la route, par endroit, il est possible de se baigner dans des trous d’eau, cascades ou jacuzzi naturels. L’eau y est limpide et saine.

En saison chaude les promeneurs y font halte pour la journée. La route n’est pas large au fond des gorges et depuis les crues de l’hiver précédent les ponts sont en reconstruction. Les travaux nuisent à l’esthétique du décor mais pour peu de temps.
Le premier sentier pédestre, à 26 km d’Aourir, ne demande pas une grande résistance physique. Compter plus ou moins 20 mn pour arriver aux piscines naturelles. Un accès à flanc de montagne et un autre dans le fond par la palmeraie, le long de l’oued. Des petites cabanes de bambou au milieu des palmiers, dont une sur les hauteurs, chez Hussein où il est possible de savourer un thé accompagné de pain tout chaud fabriqué par ses soins dans son four en terre traditionnel berbère et servi avec une huile d’olive très fine et de l’amlou maison. Il prépare également des tajines de légumes, car sans réfrigérateur pas de viande !

Au fond dans la palmeraie une autre étonnante rencontre. Celle d’Ahmed qui sculpte dans des rondins de thuya des petits personnages ou animaux : porteurs d’eau, serpents, éléphants... Il travaille là au bord de l’eau sous un palmier et vend sur place aux visiteurs de la vallée.
Comme la plupart des berbères des villages voisins, il aime sa région et tente de la préserver. Lui aussi, tout comme Rachid de l’hôtel Tifrit, est adhérent d’une association locale qui regroupe une dizaine de membres fixes pour la sauvegarde de la région et son développement social. Les membres de la tribu des Ida Outannane des villages voisins essaient de ne pas quitter leur région et vivent parfois de petits boulots, comme Ahmed le sculpteur. Rachid, personne ressource de la région et fervent défenseur de la culture berbère, vous donnera tous les renseignements concernant sa région ou les endroits à visiter.

Située au cœur d’une mosaïque de roches, de villages en pisé et de palmeraies, la Vallée du Paradis offre aux amateurs d’une nature riche et protégée, une aventure faite de randonnées, de baignades, de découverte de la flore et de la faune. Dans l’oasis qui mène aux piscines naturelles, les portions de la palmeraie sont irriguées, cultivées, entretenues. Palmiers, oliviers, figuiers, grenadiers, bananiers se mêlent et donnent une végétation luxuriante. Sur les falaises plus arides une végétation de caroubiers, de thuyas et d’arganiers.
De grosses roches plates coulent de la montagne, l’eau s’y loge en cascades ou en retenues. Le dépaysement est garanti !

Infos pratiques et visites
Depuis Aourir au premier sentier pédestre de la Vallée du Paradis, compter 25 km. Un panneau d’information sur la vallée, en anglais et en français. Parking pour stationner les véhicules. 2e sentier 5 km plus loin puis deux autres accès à la vallée avant d’arriver sur Tifrit.

Aourir à Imouzzer : 52 km
Depuis Essaouira prendre la route côtière d’Agadir et compter environ 2H30 pour parvenir à Aourir. Un aller/retour est possible dans la journée. Le retour pourra se faire d’Imouzzer par le barrage Moulay Abdallah. La route récente serpente dans la montagne et longe les oueds laissant découvrir d’innombrables petits villages berbères aux constructions traditionnelles de pisé.Trajet un peu plus long mais qui vaut le coup d’œil !

Dans le village d’Asqri, à 33 km d’Aourir, une piste à droite, goudronnée, mène au village de Tizgui et à sa superbe palmeraie dans la vallée. De Tizgui une randonnée est possible vers la Vallée du Paradis. Les vallées communiquent entre elles.
Les activités sont nombreuses : randonnées pédestre et muletière, découverte de la vie rurale, écotourisme, géologie et patrimoine rural, baignade et détente, histoire au travers des visites de villages, des agadir, pressoir à huile…

Grenier collectif ou « agadir »
Vous pourrez visiter l’agadir Ighargharene d’aksri. Malgré son nom, le grenier collectif n’est pas la mise en commun des récoltes. Il s’agit en fait de cases particulières appartenant aux chefs de famille du village qui sont réunies en un seul édifice gardé collectivement. Il peut être un lieu de stockage de denrées, d’objets de valeur, et parfois de ruches ou de réservoirs d’eau. Il représente le lieu le plus protégé dans plusieurs villages de la région du Souss.
C’est pourquoi, il est souvent appelé grenier - citadelle. Un autre très joli agadir à découvrir dominant la petite palmeraie de Tifrit au pied de l’hôtel du même nom.

L’architecture locale est bien visible dans tous les villages. Les maisons sont construites à base de matériaux locaux, comme des pierres sèches, du pisé ou terre crue ou encore des briques traditionnelles. Elles sont sobres d’apparence et sont percées de petites fenêtres en moucharabieh qui, comme les portes, sont très discrètes afin de favoriser l’intimité des familles.

Les souks ruraux
En tant que vitrine véritable de la richesse du terroir, ils recèlent des caractéristiques attractives pour le tourisme rural. Le souk de Khemis Imouzzer, le jeudi, où l’on trouve miel, amlou, caroubier, argan, amandes, pierres et cristaux. La région est, en effet célèbre pour son ammonite. En août, un important festival du miel rassemble les apiculteurs des nombreuses variétés de miel produites par les Ida Outanane.