Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZÉS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D’UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L’ARAUCARIA : L’ARBRE EMBLÉMATIQUE D’ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D’ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PÊCHE À PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « ÉQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUÏAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THÉ, UNE CULTURE PARTAGÉE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GÉRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRÉATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D’ANTAN IMPRESSIONS D’AUJOURD’HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVÉ  M. SEVAT MÉMOIRES D’OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSÉE NATIONAL DU THÉ À ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D’ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D’ESSAOUIRA ET D’AILLEURS CONCERT À L’IMA À PARIS
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L’ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MÉDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L’ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D’ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L’AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L’ÉTÉ EST LÀ !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSÉE DU JUDAÏSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PÊCHE
• LA PÂTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L’IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MÉTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPÉRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPÔT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBÈRE OU AMAZIGH
• LE GENÊT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L’ÉGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D’ELÉONORE
• D’ESSAOUIRA À SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DÉSERTES ET VILLAGES DE PÊCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L’ATELIER MONETAIRE D’ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MÉDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L’ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MÉMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L’ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D’ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D’ESSAOUIRA ?
• L’ANE, PAS SI TÊTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VÉGÉTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L’OLIVE À L’HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• CONFITURE D’OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPÈRES POUR LES MARINS
• ANDRÉ MÉNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN ÊTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PÉRIL !
• LA STÉVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GÉREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D’ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSÉE DE LA VILLE ?
• L’ÉPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D’ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFÉ-HÔTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L’HISTOIRE D’UN MOT
• TOURISME VERT À IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L’ÉTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L’HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTÉ DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSÉE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION À LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS – VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLÉE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE À ESSAOUIRA, UNE ACTIVITÉ QUI DISPARAÎT
• LA RÉHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D’ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L’ASPHODÈLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STÈLE DE BIR KOUAT, UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D’ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOÏCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE À LA PASTÈQUE
• ITINÉRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TÊTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D’AGNEAU...
• LA STÈLE DE BIR KOUAT : UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DÉSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D’ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VÉGÉTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L’ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M’BAREK
• CÔTES D’AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA À L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 46 - HISTOIRE D’UNE RELIGION

L’Islam repose sur 5 piliers :

- La « Shahada » : C’est la profession de foi du Musulman et la « clé du Paradis : « J’atteste qu’il n’y a d’autre divinité que Dieu ; j’atteste que Mohammed est l’Apôtre de Dieu ».
- La prière : 5 fois par jour (à l’aube, vers midi, l’après-midi, après le coucher du soleil, à la nuit) le Musulman fait la prière, le visage tourné vers la mecque
- Le pèlerinage : Une fois dans sa vie, le musulman qui en a les moyens doit se rendre à la Mecque
- L’aumône légale : le Musulman doit prendre sur ses biens de quoi aider les indigents.
- Le jeûne du mois de Ramadan : Il s’agit d’un jeûne diurne, tout au long du mois lunaire de Ramadan, neuvième mois du calendrier islamique. Il doit être absolu depuis que l’aube permet de distinguer « le fil blanc du fil noir » et jusqu’à la nuit. Pour que le jeûne soit valide, il faut en formuler l’intention et s’abstenir avec soin de tout ce qui pourrait le rompre.

Tout au long du mois de Ramadan, la vie sociale revêt donc une note spécifique. De l’aube au coucher du soleil, la vie sociale est comme suspendue. Sans doute, les nuits du Ramadan sont parfois l’occasion de réjouissances. Mais on enseigne qu’il ne faut pas dormir durant le jour, qu’il faut rester sobre la nuit, et ne pas manger ou boire avec avidité dès le coucher du soleil, si l’on veut que le jeûne garde son vrai sens qui est de combattre les passions et de rapprocher l’âme de Dieu.

Le choix du mois de Ramadan souligne cette valeur, car c’est le mois « durant lequel la Révélation est descendue comme Direction pour les hommes ». C’est donc comme la fête du Coran qui est célébrée, et ces 28 ou 29 jours de jeûne deviennent une longue commémoration de la descente du Livre. La date culminante est l’une des nuits de la dernière décade, de préférence la nuit du 26e au 27e jour. C’est laylat al-qadr, « la nuit de la Destinée ».

Pour en savoir plus…
L’HEGIRE

Mot arabe, hidjira, signifiant émigration, fuite. L’Hégire débute le 6 juillet 622, jour où le prophète Mahomet quitta La Mecque, sa ville natale, pour Médine. Cette date est considérée comme le début du calendrier musulman depuis que le khalife Omar décida de commémorer ce jour historique.

Officiellement, l’année du calendrier musulman est composée de douze lunaisons amenant à un total de 354 ou 355 journées, soit onze jours de moins que l’année solaire. C’est ainsi que 33 ans du calendrier musulman correspondent à 32 ans du calendrier solaire.
Chaque mois de cette année comporte 29 ou 30 jours qui débute chacun au moment du coucher du soleil.
La fixation du moment où un mois débute, très importante pour dater le début du ramadan est faite dès que deux témoins dignes de confiance ont constaté l’avènement d’une nouvelle lune, ce qui est parfois difficile dans les pays nordiques ou pendant les saisons où le ciel est peu visible.
On notera que cette constatation ne peut se faire sans un minimum de connaissances, puisque par définition une nouvelle lune est invisible, sauf en cas d’éclipses.

LE RAMADAN

L’Islam est la 2ème religion du monde et la 2ème de France. Le mot Islam signifie Soumission en arabe et repose sur la croyance en un Dieu unique Allah.

Dans la religion islamique, il y a 5 règles fondamentales :
- la Profession de foi
- les 5 prières quotidiennes
- l’Aumône
- le Ramadan
- le Pèlerinage

Le jeûne du mois de Ramadan constitue la quatrième des cinq bases fondamentales sur lesquelles l’Islam est édifié. L’obligation de jeûner a été instaurée pour les musulmans, dans la seconde année de l’Hégire, par la révélation de ce verset du Coran : « Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyam [le jeûne] comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété »
(Sourate 2, verset 183).

La période du Ramadan, 9e mois lunaire, est un mois sacré dans le calendrier musulman, puisqu’il s’agit du mois durant lequel le Coran a été révélé au Prophète Mohamed. Le fait de pratiquer le jeûne durant le mois de Ramadan est le 4ème pilier de l’Islam. Le jeûne est donc obligatoire durant cette période pour les hommes comme pour les femmes à partir de la puberté, exception faite des malades, des « fous », des femmes enceintes ou allaitant, ou encore des voyageurs...

Traditionnellement, le début du Ramadan est décrété lorsqu’un religieux aperçoit le premier croissant de lune, ce qui fait qu’il commence de façon décalée selon la situation géographique de chaque pays. Les calculs astronomiques permettent également d’en prévoir la date. Le jeûne... mais aussi la fête ! Le jeûne (qui concerne aussi bien la nourriture, la boisson, le jeu, que les cigarettes…) commence à l’aube et dure jusqu’au coucher du soleil. Autant dire qu’il faut être endurant pour le supporter tout au long de la journée. Mais la motivation est grande pour les croyants car c’est l’occasion de se faire pardonner tous leurs péchés.

La population Musulmane dans le monde a dépassé le milliard. La majorité des musulmans vivent à l’est de Karachi (Pakistan). 30% des Musulmans vivent dans le sous-continent Indien, 20% en Afrique sub‑saharienne, 17% en Asie du Sud-Est, 18% dans le monde arabe, 10% dans l’ex-Union Soviétique et en Chine. La Turquie, l’Iran et l’Afghanistan contiennent 10% des musulmans non-arabes du Proche-Orient. Bien qu’il existe des minorités musulmanes dans chaque pays du monde, jusqu’en Amérique Latine et Australie; les plus importantes minorités se trouvent en Ex-Union Soviétique, Inde, Afrique centrale, et Etats-Unis (6 millions). En Europe, on en compte plus de 30 millions.
L ‘Aïd Al Fitr a lieu le premier jour du mois de Shawwaal dès l’apparition de la nouvelle lune et marque l’accomplissement de la longue période du jeûne pendant le mois béni de Ramadan.. Al Fitr d’Aïd est une occasion de fête pour la communauté musulmane. Réjouissances, puisque le jeûne est terminé, mais c’est aussi le moment de faire preuve de générosité envers les pauvres. En effet, une aumône spécifique, appelée Zakât al-Fitr, est pratiqué juste avant la prière de l’Aïd. Elle permet d’une part de se purifier de tous les manquements commis durant le Ramadan, et d’autre part d’épargner aux pauvres en ce jour de fête la dure nécessité de mendier. Cette aumône revêt une forme spécifique bien définie (environ 3 kg de nourriture par personne) et a un caractère obligatoire.

Parmi les traditions festives de l’Aïd Al-Fitr, la distribution de cadeaux aux enfants tient également une place importante. Il est célébré traditionnellement pendant au moins les 3 jours suivants.

La nuit du destin (Leïla Al Qadr)
La nuit d’Al-Qadr est une nuit d’une grande ferveur religieuse où les musulmans pieux passent la nuit à la mosquée à réciter les textes coraniques. Elle est d’autant plus particulière, puisqu’elle vaut plus que mille mois.

« Nous l’avons certes fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr.
Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ?
La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois.
Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre.
Elle est la paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube »
(Sourate 97)
Tous les musulmans sont invités à trouver cette nuit et à lire le Coran, faire des invocations, se repentir. Dans la religion musulmane, un seul acte d’adoration durant la « Nuit du destin » équivaut à une adoration de 83 ans !

La Belgique et le Ramadan
Ces pratiques se retrouvent dans toutes les communautés musulmanes qu’elles soient à Bruxelles, Paris, New York, Hambourg ou ailleurs.
Pâtisseries prises d’assaut avant le ftour (rupture du jeûne), cafés bondés le soir et veillées religieuses dans les mosquées rythmeront, un mois durant, la vie de milliers de musulmans de Bruxelles, marocains et turcs notamment, qui ont entamé le jeûne du ramadan.

Les préparatifs pour ce mois d’abstinence étaient visibles depuis plusieurs jours déjà dans les quartiers de Bruxelles où la Communauté musulmane est fortement présente. Les étalages des commerces y ont vite changé, laissant la place à une grande offre de dattes, de fruits secs et de toutes sortes de gâteaux et d’épices.

Désormais, pendant tout un mois, l’approche de la rupture du jeûne sera synonyme d’achats frénétiques et de longues files dans les pâtisseries et les épiceries, ou chez le boucher habituel.
De nombreuses familles préfèrent, elles, préparer à la maison les chbakia, briouates et autres douceurs qui donnent un parfum particulier à ce mois de jeûne.

A Bruxelles, Ramadan est aussi un mois de charité, les nécessiteux étant pratiquement pris en charge par un réseau efficace de cafés tenus par des marocains et de mosquées qui offrent gracieusement le ftour et le shour aux plus démunis.
Cet élan de solidarité, qui se répète depuis des années, procure un petit réconfort à de nombreux pauvres de la ville aux origines les plus diverses. Autour d’une table bien garnie, ils retrouvent la chaleur et la vertu du partage.
L’aspect spirituel est lui aussi très présent durant ce mois, les 400 mosquées et lieux de prière existant à travers la Belgique, ne désemplissent pas.

En Turquie, les musulmans fêtent la fin du ramadan avec Seker Bayrami : Le festival des sucreries. On échange des cadeaux. On téléphone à la famille et aux amis éloignés et on envoie des cartes. On porte des nouveaux habits, on s’offre des cadeaux et les familles se réunissent dans la maison du plus âgé.
On sert des sucreries, des petits gâteaux, du café très sucré et des fruits.